Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

La fin de l’obésité

il y a 2 mois

Seamus Lyons, Senior Investment Manager

Seamus Lyons, CFA,

Senior Investment Manager, AXA IM Select

La fin de l’obésité

En septembre 2023, l’entreprise pharmaceutique danoise Novo Nordisk a dépassé le groupe de luxe français LVMH pour devenir la première entreprise européenne en termes de capitalisation boursière. Ce succès fait suite au triplement du cours de l’action Novo Nordisk au cours des trois dernières années, la valorisation de l’entreprise correspondant au PIB du Danemark en 2021. Cette réussite s’explique par le fait que le groupe se focalise sur le diabète de type 2, une maladie causée par une incapacité de l’organisme à métaboliser l’insuline et réguler la glycémie. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), cette maladie touche 422 millions de personnes dans le monde (un chiffre multiplié par 3,9 depuis 1980), et peut entraîner la cécité, des insuffisances rénales, des crises cardiaques et la perte de membres.

L’obésité, un problème courant, grave et onéreux

Ozempic, le médicament de Novo Nordisk contre le diabète a été autorisé en 2017 pour le traitement du diabète de type 2. Un de ses effets secondaires, et non des moindres, est qu’il peut couper la faim en ralentissant la digestion et en imitant l’hormone coupe-faim glucagon-like peptide 1 (GLP-1), ce qui provoque une perte de poids moyenne de 15 à 20 % de la masse corporelle après un an. Un nouveau marché majeur s’est donc ouvert : les personnes atteintes d’obésité, c’est-à-dire au sens large, les personnes ayant un indice de masse corporelle supérieur à 30. Comme le diabète, l’obésité est associée à une multitude de problèmes de santé, notamment, des maladies cardiovasculaires, des cancers et des accidents vasculaires cérébraux (AVC). Selon l’OMS, l’incidence de l’obésité dans le monde a presque triplé depuis 1975 et 1 milliard de personnes devraient être obèses d’ici à 2030. Aux États-Unis, le taux d’obésité est très élevé : il est passé de 30,5 % de la population adulte en 2000 à 41,9 % en 2020. Près de 20 % des enfants américains sont également touchés. Les enfants de parents obèses ont 50 à 80 % de chances en plus d’être obèses à leur tour, selon une étude de la Harvard Medical School.

Le potentiel du marché - l'obésité et au-delà

Le marché mondial des médicaments contre l’obésité pourrait passer de 2,4 USD en 2022 à 77 USD en 2030, selon une étude de Morgan Stanley. L’efficacité prouvée de ces nouveaux médicaments coupe-faim dans le traitement de l'obésité est étayée par des études récentes qui suggèrent qu’ils pourraient permettre une baisse pouvant aller jusqu'à 20 % de l'incidence de conditions associées telles que les crises cardiaques, les AVC et les maladies cardiovasculaires. Outre l’Ozempic et le Wegovy de Novo Nordisk, le laboratoire pharmaceutique américain Eli Lilly cherche à obtenir l'autorisation de mise sur le marché du Mounjaro.

Les implications d’un médicament onéreux

La demande pour les médicaments contre l’obésité continue de dépasser l’offre, les prescriptions ayant bondi de 300 % depuis 2020 rien qu’aux États-Unis. Cependant, le prix d’une prescription de médicaments GLP-1 contre l'obésité atteignant environ 1 300 USD par mois, et leur efficacité nécessitant une prise continue, la plupart des patients n'auront pas les moyens de prendre ces médicaments indéfiniment. Le programme fédéral d'assurance santé Medicare ne prend pas en charge les médicaments contre l'obésité, mais, hypothétiquement, le fait d'administrer des médicaments contre l'obésité à seulement 10 % des Américains éligibles représenterait près de 4 % du budget total de Medicare. À moins que le prix du Wegovy de Novo Nordisk ne baisse de 40 %, il coûterait globalement plus cher au système de santé américain que les bénéfices qu’engendrerait une baisse de l'obésité, estimés à 260 USD en 2016.

Moins d’appétit pour la malbouffe

Selon une étude de Morgan Stanley, plus de 70 % des patients qui prennent des médicaments GLP-1 mangent moins de nourriture très grasse et très sucrée, mauvaise pour la santé. Bien qu'il soit impossible de pointer du doigt précisément pourquoi des actions ou des secteurs sous-performent, les actions du secteur alimentaire aux États-Unis ont enregistré un rendement négatif à deux chiffres, qui contraste avec le rendement positif à deux chiffres du S&P 500 jusqu'à la mi-novembre 2023. Selon une étude d’Alliance Bernstein, les récentes études qui montrent les mérites des médicaments GLP-1 dans la lutte contre les maladies cardiovasculaires ont aggravé ce différentiel de performance et contribué à des niveaux de valorisation historiquement bas pour le secteur alimentaire américain. D'autres secteurs potentiellement vulnérables à une baisse de l'obésité, tels que les fabricants d'appareils médicaux et les fournisseurs de dialyse, sont également restés à la traîne.

Architas view

Notre point de vue

Les GLP-1 pourraient devenir la catégorie de médicaments la plus vendue de tous les temps. Ils sont efficaces contre le diabète et l'obésité, et des essais récents ont montré des effets positifs contre bon nombre de maladies cardiovasculaires. Il reste à voir quand ou si nous allons entrer dans un monde où, pour perdre du poids, il suffira de prendre un médicament. Mais, à mesure que l'offre augmentera et que leur prix baissera ces médicaments deviendront accessibles à de nombreuses personnes, y compris de groupes socio-économiques inférieurs, souvent les plus vulnérables.

Ce site utilise des cookies afin de vous assurer une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus