Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

L’or - Que savent les banquiers centraux ?

il y a 11 mois

Niall Sexton, Investment Manager

Niall Sexton,

Investment Manager, AXA IM Select

L’or - Que savent les banquiers centraux ?

 

Alors que l’inflation sous-jacente résiste dans les principales économies, que le thème de la dédollarisation est alimenté par les tensions géopolitiques croissantes et que les achats d’or des banques centrales ont atteint un niveau record au premier trimestre, quelles sont les perspectives pour cet actif, traditionnellement considéré comme un élément clé de la diversification et une valeur refuge ? 

Une forte reprise depuis octobre

Pendant la majeure partie de la décennie qui a pris fin en 2022, dans un contexte d’inflation et de taux d’intérêt très bas, l’or a dégagé des rendements positifs, tout en étant largement dépassé par le S&P 500 au cours de cette période, les investisseurs recherchant des actifs plus performants. Depuis 2021, dans la plupart des marchés clés, l’inflation se situe à des niveaux jamais atteints depuis la fin des années 1970. Considéré comme l’un des principaux bénéficiaires de la hausse de l’inflation, l’or a progressé de 20 % depuis novembre dernier et se rapproche aujourd’hui de son record historique de 2 072 dollars l’once troy, même si, en tenant compte de l’impact de l’inflation, le prix actuel est encore loin de son record atteint en janvier 1980. 

Facteur de diversification efficace pour les portefeuilles l’année dernière 

2022 a été une année très inhabituelle en termes de rendements des marchés, les obligations et les actions ayant fortement baissé en raison de l’escalade des rendements obligataires et des taux d’intérêt. Son prix ayant peu varié au cours de cette année sur une base relative, l’or a démontré sa valeur en tant que facteur de diversification d’un portefeuille. Malgré l’obstacle considérable qu’ont représenté les hausses de taux d’intérêt de la Réserve fédérale, pendant dix mois consécutifs jusqu’en mai 2023, le redressement du prix de l’or au cours des six derniers mois a été favorisé par l’affaiblissement du billet vert. Le dollar américain et le prix de l’or ont une relation inverse et les conditions macroéconomiques pourraient devenir plus favorables au métal jaune. Aux États-Unis, les récents retraits massifs de dépôts bancaires, l’impasse sur le plafond de la dette et l’étroite fourchette de performance du S&P 500 ont rappelé la nécessité de diversifier les actifs pour faire face à une éventuelle instabilité des marchés nationaux. L’indice du dollar (DXY), qui mesure la performance du dollar américain par rapport à un panier d’autres devises, a atteint un sommet à la fin du mois de septembre 2022 avant de baisser de plus de 10 %. La progression des anticipations d’une pause dans le cycle de hausse des taux de la Fed au cours de l’été exercerait probablement une pression supplémentaire sur le dollar et entraînerait une correction à la baisse des rendements obligataires. Cela devrait apporter un soutien supplémentaire aux actifs non rémunérateurs tels que l’or. En revanche, lorsque le billet vert se renforce par rapport à d’autres devises, le coût du métal jaune augmente pour les acheteurs non américains et son attrait relatif diminue.     

Les raisons de la demande élevée

Une autre caractéristique récente du marché de l’or mérite d’être soulignée : en termes de volume, 2022 a été la meilleure année pour les achats d’or depuis 11 ans. Cette évolution reflète en partie l’augmentation notable des achats des banques centrales, qui ont atteint leur niveau annuel le plus élevé, à savoir 1 136 tonnes, soit 24 % de la demande totale. Les banques centrales chinoise et turque ont figuré parmi les principaux acheteurs. En Turquie, la demande d’or a été dopée par la demande des consommateurs, reflétant les niveaux très élevés de l’inflation nationale. La banque centrale chinoise n’avait pas acheté d’or depuis 2019, ce qui a alimenté une théorie populaire sur l’essor d’un monde multipolaire et la dédollarisation, que nous avons récemment examinée ici. La sortie du pays de la période de confinement a également dopé la demande intérieure de bijoux au début de l’année 2023.  En tant que réserve de valeur, l’or sera nécessaire à la Chine et à la Russie qui cherchent à rééquilibrer l’ordre mondial sans être entravées par les sanctions américaines. Cette tendance est soutenue par les pays du Sud en développement, tels que l’Argentine et le Brésil, qui cherchent à réduire leur dépendance commerciale à l’égard du dollar. Cette dynamique s’est poursuivie jusqu’au premier trimestre 2023, lorsque les achats de la banque centrale ont atteint un niveau record de 34 % supérieur au point haut précédent pour le même trimestre.  

 
Architas view

Notre point de vue

En ce qui concerne les perspectives de l’or pour le second semestre de l’année 2023, les initiatives de la Fed seront déterminantes. L’inflation américaine reste bien supérieure à l’objectif, tout comme dans d’autres économies clés. Les hausses surprises de taux d’intérêt récemment mises en œuvre par d’autres grandes banques centrales renforcent les chances que la Fed reste « plus longtemps à un niveau plus élevé ». Cela pourrait affaiblir la dynamique haussière de l’or. AXA IM Select évite de prendre une position active importante sur l’or, tout en reconnaissant ses mérites au sein d’un portefeuille diversifié visant à naviguer sur des marchés volatils.

Ce site utilise des cookies afin de vous assurer une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus