Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

Exubérance irrationnelle

il y a 3 mois

Exubérance irrationnelle

Dans certains domaines de la tech, les résultats sont tellement stratosphériques que les analystes parlent de plus en plus « d’exubérance irrationnelle », comprenez des marchés à ce point euphoriques qu’ils devancent les prévisions de résultats plus rationnelles. On parle aussi de « nouvelle ère de la pensée » par des marchés convaincus que le pouvoir de transformation d’un nouveau produit ou d’une nouvelle technologie générera des gains exceptionnels. Les exemples sont légion : la bulle Internet, les actions Nifty Fifty, le krach de la Compagnie de la mer du Sud, la crise de la tulipe, etc. Mais d'où vient cette expression ?

L’expression a été pour la première fois employée par Alan Greenspan, alors président de la Réserve fédérale américaine, lors d’un discours en 1996, pour alerter sur la forte baisse des primes de risque sur le marché des actions, normalement supérieures à celles payées par les détenteurs d’obligations d’État. Résultat, les cours des actions ont bondi, dans le sillage de l’accélération de la bulle Internet. Alan Greenspan pose alors cette question : « Comment savoir à quel moment l’exubérance irrationnelle gonfle indûment la valeur des actifs ? »

La même question pourrait se poser aujourd'hui, le boom de l'intelligence artificielle (IA) entrant dans sa deuxième année. Les prévisions de résultats des entreprises directement impliquées dans l’IA sont régulièrement revues à la hausse, et pas qu’un peu ! Dernière illustration, Nvidia. Les prévisions du rythme de croissance des résultats du fabricant viennent de dépasser la récente montée en flèche du titre en bourse, alors même que Nvidia a multiplié par trois sa valeur l’an dernier.

Qu’une société en forte croissance se négocie à un multiple de résultats supérieur à celui d’une société à croissance plus lente n’a rien d’anormal. Mais, les multiples à terme ne reposent que sur des prévisions voire les meilleures estimations des perspectives d’une entreprise. À défaut de boule de cristal, plus ces projections sont sophistiquées, moins elles ont de chances de se réaliser, en toute logique. Des résultats supérieurs à la normale attirent généralement la concurrence, avec à terme un probable durcissement de la réglementation, le tout en un claquement de doigts qui prend de court même le prévisionniste.

L’essor de l’IA générative a été qualifié de « singularité technologique », comprenez un événement censé dépasser l'intelligence humaine. Les trous noirs, qui dépassent l’entendement des hommes, sont aussi considérés comme des singularités. Tout l’enjeu est de savoir si les principaux acteurs de la révolution de l’IA ont devant eux de longues années de résultats exceptionnels. Alors que la concurrence et la réglementation ne vont pas tarder à s’organiser, le retour à la réalité risque bien d’être douloureux, après des prévisions qui ont voulu faire croire au triomphe de l’espoir sur l’expérience. Même si, dans certains domaines de la tech, les perspectives suggèrent une croissance des résultats vaste et solide, la logique consisterait à détenir ces investissements dans le cadre d’un portefeuille diversifié.

Ce site utilise des cookies afin de vous assurer une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus