Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

The Monthly Review: Les « stories » du mois de octobre

il y a 3 mois
« Tout va bien »

« Tout va bien »

Voilà ce qu'a déclaré le président de la Réserve fédérale américaine (Fed) à propos de l'économie américaine. Malgré tous les efforts de la banque centrale, qui a relevé ses taux de plus de cinq points de pourcentage en seulement 18 mois, l’économie américaine paraît inarrêtable. Dopée par les dépenses des ménages, la croissance du PIB devrait atteindre 4 % au troisième trimestre. La Fed, qui est dépendante des données économiques, pourrait donc se voir contrainte de relever à nouveau ses taux en cas de résurgence de l’inflation. Cela pourrait expliquer le récent regain de nervosité observé sur les marchés obligataires. Le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans a grimpé à 5 % pour la première fois depuis 2007, sur fond de baisse des cours.

Contexte tendu

Contexte tendu

Les tensions au Moyen-Orient se sont encore accentuées, faisant craindre une escalade à l’ensemble de la région. Malgré les craintes d’une contraction de l’offre et d’un durcissement des sanctions américaines, le prix du pétrole n’a pas renoué avec ses plus hauts de septembre. Certaines valeurs refuges traditionnelles n’ont pas réagi comme prévu. Les cours des bons du Trésor américain se sont ainsi encore repliés. Le cours de l’or a en revanche fortement rebondi. Parallèlement, la Future Investment Initiative, connue sous le nom de « Davos dans le désert », a vu la communauté financière internationale se réunir à Riyad. Lors de cet événement, il a clairement été souligné que la région restait ouverte aux investissements, même si les discussions ont beaucoup porté sur les conflits qui déchirent actuellement la planète.

Formation continue

Formation continue

Nvidia, fabricant de puces semi-conducteurs haute performances pour l’IA, a annoncé un rapprochement avec l’assembleur d’iPhones Foxconn. Leur objectif est de créer des « usines d’IA », en réalité des puissants centres de données, qui formeront les grands modèles de langage derrière l’IA, ainsi que des plateformes pour les véhicules autonomes et la robotique. De son côté, OpenAI, l'inventeur de ChatGPT, prévoit de vendre certaines actions appartenant aux salariés existants. Le prix estimé valoriserait l'organisation à 86 milliards de dollars. Un chiffre impressionnant comparé à la valorisation de 29 milliards de dollars affichée en avril et qui placerait OpenAI parmi les plus grandes sociétés privées du monde.

Ce site utilise des cookies afin de vous assurer une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus